INTERFACES #2 | « l’histoire du Jura est fortement marquée par les mouvements coopératifs et solidaires »

« L’histoire de notre région et notamment celle du département du Jura est fortement marquée par les activités et les mouvements coopératifs et solidaires.
Ces pratiques trouvent aujourd’hui écho dans les concepts de Responsabilité Sociétale des Entreprises, d’Economie Sociale et Solidaire (ESS), d’Éducation à la Citoyenneté Mondiale (ECM), d’engagement associatif, d’animation locale des territoires.
Le département du Jura, par sa compétence réaffirmée en matière de solidarité humaine et territoriale, maintient son engagement au titre de sa politique publique de Solidarité Internationale.
 
Le budget alloué à cette politique départementale est mobilisé de la manière suivante : 
- l’adhésion au nouveau Réseau Régional Multi-Acteurs de la Coopération et de la Solidarité Internationale BFC International   ;
- le soutien aux projets d’aide au développement portés par les acteurs associatifs ;
- la sensibilisation des élèves des collèges dans le cadre du programme scolaire d’Éducation à la Citoyenneté Mondiale.
La transversalité des actions, l’effet levier recherché avec de nombreux partenaires (Région, Rectorat, Agence de l’Eau, …), la mise en réseau d’acteurs d’horizons variés, guident l’action de notre collectivité.

283 acteurs jurassiens investis dans la coopération et la solidarité internationale

283 acteurs jurassiens sont recensés par le réseau comme intervenants dans le domaine de la coopération et de la solidarité internationale. 
Ces derniers sont investis, pour leur très grande majorité, dans des projets menés auprès des populations en Afrique Subsaharienne et francophone mais également dans les pays du bassin méditerranéen, de l’Europe centrale et occidentale, en Asie, en Amérique du Nord et en Amérique Latine.
 
35% des acteurs sont des associations  / ONG de Solidarité Internationale. Ce taux atteint 70% si l’on inclut les acteurs associatifs intervenant dans d’autres domaines (culture, éducation populaire, action sociale, développement local). 
Les autres acteurs recensés sont issus du secteur public (services déconcentrés de l’Etat, collectivités territoriales, comités de jumelage, établissements d’enseignement ou de formation).
 
Notre nouvelle région fusionnée conserve les caractéristiques généralement admises de région rurale et industrielle. L’emprise territoriale de cette dernière implique de nouvelles méthodes de travail collaboratif. 
La volonté et la nécessité de travailler dans le cadre d’un réseau structuré et multi-acteurs se sont donc imposée de façon naturelle.
Elle porte ses fruits aujourd’hui et permet l’émergence de projets reconnus comme exemplaires aux niveaux régional, national et européen.
Je citerai quelques exemples qui concernent notre collectivité.
L’animation locale des territoires mobilise de nombreux acteurs institutionnels et associatifs. Très souvent, les nombreuses manifestations organisées sur le territoire départemental génèrent des ressources financières permettant de mener des projets d’aide au développement. 


 
La sensibilisation de la population locale aux enjeux de développement et de solidarité internationale se fait également naturellement lors de ces manifestations.
La sensibilisation du public scolaire est également une volonté affirmée de notre collectivité. 
Deux dispositifs concourent à cette volonté : les campagnes citoyennes Festival des Solidarités et AlimenTerre et le dispositif d’éducation à la Citoyenneté Mondiale « Tandems Solidaires », par la tenue de manifestations au sein même des établissements.
Ce dernier dispositif, né d’une initiative associant le Rectorat et notamment le Département du Jura, permet le temps d’une année scolaire, une réflexion sur un thème de coopération et solidarité internationale entre une classe de collège et une association. Les « Tandems » se voient aujourd’hui reconnus au niveau national puisque développés au sein d’autres réseaux multi-acteurs (Occitanie Coopération) mais également au niveau européen (LADDER) par l’octroi de financements pour communiquer et valoriser le dispositif.

Impliquer plus fortement le monde de l’entreprise

En conclusion, les enjeux à venir seront d’impliquer plus fortement le monde économique dans le domaine de la Coopération/Solidarité Internationale. Au-delà de la nécessaire recherche de compétitivité économique, les concepts de Responsabilité Sociétale des Entreprises et d’économie Sociale et Solidaire peuvent être des leviers d’implications du monde de l’entreprise. 
Le volet transfert de compétences peut également être adapté par la diversité des secteurs d’activité du tissu industriel jurassien. Des initiatives sont depuis de nombreuses années menées dans le domaine agricole notamment par l’AFDI (Agriculteurs Français et Développement International). Cette expérience mériterait et pourrait être rapidement capitalisable. 
 
Enfin, le réseau BFC International aurait toute légitimité à faire lien entre les acteurs par exemple lors de salons économiques organisés en région. »








Christine RIOTTE
Vice-présidente du Département du Jura