Compte-rendu de la 1ère rencontre des acteurs de la coopération avec le Mali du 14 février 2015 de Bourgogne Coopération


Le 14 février 2015, Bourgogne Coopération a organisé la première rencontre régionale des acteurs de la coopération avec le Mali afin d’impulser une dynamique de mutualisation.

43 personnes ont participé à cette journée organisée à Qutigny, en partenaria avec la Ville de Quetigny et le Comié de jumelage coopération avec Koulikouro.

16 structures bourguignonnes et 1 structure franc-comtoise étaient représentées.

Objectifs de la rencontre :

Créer un cadre d’échange convivial afin que les acteurs de la coopération puissent se connaître et partager des pratiques issues de leurs expériences respectives. La journée s’est composée d’un tour de table le matin, d’un déjeuner malien proposé à midi, et d’ateliers l’après-midi.

Difficultés et attentes exprimées :

  • Accès aux financements

  • Mobilisation des adhérents et bénévoles

  • Difficultés à suivre les actions sur place en raison du contexte d’insécurité

  • Difficultés à créer des partenariats fiables et compétents

Les participants ont exprimé leur volonté de mieux connaître les acteurs de la coopération, en Bourgogne et au Mali, et de s’appuyer sur l’expérience des uns et des autres pour améliorer leurs propres pratiques. La recherche de cohérence entre les actions entreprises par les différents acteurs de la coopération, gage d’une plus grande efficacité, est également souhaitée.

Pistes de réponses et de réflexions évoquées

Les ateliers de l’après-midi ont permis d’apporter quelques éclairages à certains points particuliers. Ils ont surtout mis en lumière que le contexte actuel, aussi bien au Mali (insécurité, instabilité politique…) qu’en France (crise économique, repli identitaire…), implique de repenser les modèles de coopération.

Renforcer la coordination entre les acteurs : entre les structures « du Nord », à la fois dans leurs initiatives en France et vis-à-vis de leurs projets au Mali, et dans le cadre des relations partenariales qu’elles entretiennent avec leurs partenaires au Mali. Pour cela, il est indispensable de :

  • Communiquer autour de ses actions notamment auprès des institutions, pour être visible et reconnu, et partager de l’information et de la connaissance ;

  • Mettre en place des actions concertées voire communes pour mutualiser des ressources humaines et financières plus importantes, donner plus d’ampleur à ses projets, et renforcer ses compétences ;

  • Créer des partenariats qui reposent sur une gouvernance partagée, intégrant à la fois les autorités locales et des représentants de la société civile, pour légitimer son action et la rendre plus pertinente et l’inscrire dans la durée ;

  • Favoriser les échanges Sud – Nord dans une logique de réciprocité.

Intégrer à la dimension internationale de ses projets un ancrage territorial local, à travers des actions d’Éducation à la Citoyenneté et à la Solidarité Internationale (ECSI) en Bourgogne.

Poursuites de la journée :

Pour accompagner les structures du groupe Mali intéressées par cette démarche, Bourgogne Coopération propose de coordonner la mise en place d’un comité de pilotage qui se réunirait régulièrement et qui aurait pour objectif de définir les orientations du groupe et les activités à mettre en œuvre afin de répondre aux questionnements soulevés lors de la journée. Parmi celles-ci, la création de groupes thématiques spécifiques à certains domaines d’activité est envisagée. Une page internet sur le site de Bourgogne Coopération (http://bourgognecooperation.org/cooperation-au-sahel/groupe-mali.html) centralisera toutes les informations relatives au groupe Mali.

Les formations proposées par Bourgogne Coopération ont également pour vocation d’accompagner les acteurs de la coopération dans la mise en place et le suivi de leurs actions.

Enfin, le format de cette première rencontre semble pertinent au regard des objectifs qui lui étaient assignés. Il serait donc intéressant de lui donner un format annuel. Elle serait alors l’occasion de faire le point sur les activités initiées par le groupe de travail.